Sains-Morainvillers

Etymologie :

 

  • Sain (Sanus locus ), Seinz, Seins au 12ème siècle. Sains 
  • Morenvillers : morae villa, lieu de repos (soit pour les troupes allant de Beauvais vers Amiens, soit pour les chasseurs).

 

L’histoire de Sains-Morainvillers est celle des deux anciennes paroisses de Sains et de Morenvillers.

 

En 1739, Morenvillers avait 27 feux et Sains 81. A la mort du curé de Morenvillers, Antoine Mesnard, le 4 octobre 1801, la paroisse de Morenvillers cessa d’exister. Le curé de Sains vint célébrer la messe les dimanches dans l’église de Morenvillers et la paroisse prit le nom de Sains-Morainvillers.

 

Autrefois, Sains et Morenvillers étaient du doyenné de Breteuil. Le décret de Mgr Villaret, du 6 floréal an XI a modifié cet état, en attachant Sains-Morainvillers au doyenné de Maignelay.

 

Extraits de l’Histoire de Sains-Morainvillers par le Chanoine Martinval en 1897

 

Osmond de Sains, chevalier, était seigneur de Sains en 1183 . Il possédait une ferme à Sains et était bienfaiteur de l’abbaye de Froidmont.

Du mariage d’Osmond avec Cécile naquirent Raoul qui succéda à son père dans la seigneurie de Sains en 1223, Guillaume qui se croisa en 1204, Girard, Jean et Robert.

Vers 1315, Alix de Marigny, sœur de l’évêque de Beauvais, épousa Jean de Sains, gentilhomme.

La seigneurie de Sains fournit un évêque au diocèse de Senlis au XVIème siècle : Nicolas de Sains.

 

Sur son testament, Anne Gobelin, dame de Sains, fait inscrire le 3 juin 1627 : « Plus, je veux que mes héritiers fassent dire une basse messe dans l’église de mon village de Sains en Picardie, pour le repos des âmes de mon père, ma mère, mon mary et la mienne ».

Son héritier, Antoine Gobelin, chevalier, marquis de Brunvillers, seigneur de Sains, Morenvillers et le Quesnoy épousa Marie-Madeleine d’Aubray en 1651.

Cette dernière, empoisonneuse, fut condamnée à mort à Paris le 16 juillet 1676.

Le 19 mars 1677, toutes les propriétés du marquisat furent vendues à messire Henri de la Motte-Houdancourt. Celui-ci mourut en 1684.

Des 4 héritiers, Hiérosme de la Motte eut, pour son lot, la terre et la seigneurie de Sains, Brunvillers, Morenvillers et le Quesnoy qu’il légua en 1685 à son neveu Charles de la Motte-Houdancourt. Ce-dernier obtint le titre de Marquis par Louis XIV en novembre 1700.

M Bourgeois de Boynes acheta la seigneurie en 1719. Puis M Nicolas Dupré Saint-Maur en fit l’acquisition en 1783.  Sur les documents de cette vente, apparaissent un moulin, une maison, des bâtiments et des terres. Madame d’Albert de Luynes, abbesse chassée de son monastère par la Révolution, devint propriétaire de la seigneurie de Sains. Son gendre, le duc d’Albert de Luynes lui succéda en 1806. La propriété est restée dans la famille jusqu’en 1897.

Extraits de Sains-Morainvillers et son histoire Philippe de Baynast

Le village de Sains, avant le 15ème siècle, était  bâti autour de son église qui fut détruite à cette époque dans le contexte des guerres avec les Anglais ou les Espagnols.

La nouvelle église fut édifiée en 1569 sous l’impulsion de Jean de Sains. La construction du château de Sains commença à la même période.


Cinq hameaux y étaient rattachés :

Morainvillers et la Borde-Hérelle qui subsistent toujours

Le Quesnoy, Le Longbus et Le Caurel qui n’existent plus.

 

Le Quesnoy  comptait 6 maisons en 1860 ; Le Longbus 7 maisons en 1739 ; Le Caurel une seule maison et une chapelle en 1800.

 

Morainvillers est un hameau qui a compté jusqu’à 27 habitants. Il existait une église où les offices continuèrent à être célébrés jusqu’en 1880.

 

La Borde-Hérelle est constitué essentiellement du château de La Borde de construction récente (fin du XIXème)